Like a rolling stone (Interview of Mick Taylor)

I got a surprise for you guys. The exclusive interview of a Rolling Stone. Wait, wait, I’ll tell you the story.

I used to write reviews for a website with which I had the amazing opportunity to interview Mick Taylor who was the Rolling Stones guitar player from 1969 to 1974 (!!). Everyone with just a little bit of musical taste will confirm this period wasn’t too bad. And the Stones fans seem to consider Mick Taylor as one of their best guitarists ever. Unfortunately, this website actually shot down short after I made this interview. Damn. I have thus never been able to release it. I am now writing reviews and interviews for another website, called Sound Of Violence, specialized in British rock music, which is pretty much all I love so it all worked out for the best.

This interview dates back from the 1st of July 2009 so if you like vintage, you’ll be pleased. This is the original version. No changes, no cuts. You’re welcome. Be indulgent, it was my first interview ever. I was young and innocent. Not that I’ve improved much. You’ll notice I really really wanted to ask a question about Bob Dylan. Hearing anecdotes about Mick Taylor and Bob Dylan going shopping was quite unreal I have to say.

How are you ?

I’m beginning to get a little bit tongue-tired. I don’t really know what to say. My brain’s getting tired. [He orders a glass of red wine] I’m very happy. A little bit tired. We had a long journey to Paris. We got here too early to check in to our rooms so we had to sit around for three hours and then I had a quick shower but it’s been so hot today. It’s been like Mumbai. I feel like a slumdog millionaire guitar player.  No seriously, all I remember doing since I arrived is taking a shower and talking and talking and talking about myself and about my career. But that’s nice though cos sometimes people remind you things you’d forgotten or you thought you’d forgotten. That’s always interesting.

I’m gonna make you talk about your career too! You’ve worked with loads of great artists, including Bob Dylan!

Yeah, he was one of the greatest! Probably the greatest artist, in terms of being of a singer, songwriter, poet I’ve ever played with.

So who did you prefer working with?

Well that’s a difficult question even though working with him was one of the highlights of my career in so many different ways, because I already loved his music and been aware of his music since I was about thirteen. But I’ve never been surprised by getting a call from anybody asking me to play for them. But when he asked me to play for him and he asked me by inviting me to go to New York to make an album called “Infidels” in 1983, I just thought it was wonderful. I just thought “well it is a dream come true” you know. “I’m working with somebody I idolize and that’s been an inspiration to me and many people and now he’s asking me to play guitar on his record”. But we formed an instant friendship. We used to go out shopping together in New York. We used to go and look for guitars. We used to go to museums. I once remember we were at the Whitney Museum of Modern Art in New York and there were all these sculptures there. It was very contemporary. There was a sculpture there of a guitar and he said “hey look at that guitar. It’s the most expensive guitar in the world and you can’t even play it”. He had that kind of funny sense of humor, you know. It was great you know because he took me around the Village where he grew up [Greenwich Village] and we’d come to a street and he’d say “you see that basemen above there, that was where I wrote A Hard Rain’s A-Gonna Fall [in 1962]” He pointed all these little things out to me and then we both used to talk about musicians that we both knew from the period that I played with John Mayall [from the band called The Bluesbreakers] from 1966 to 1967. Musicians like Al Kooper, Mike Bloomfield, one of his first blues guitar players. So without realizing it we actually had a lot of friends in common from his distant past.

Now about your performance. You’re playing at the New Morning tomorrow. It’s quite a famous jazz club. You’ve already played there. So how do you feel about it? Do you like that place?

I love it! I only wish we could have done a couple of rehearsals before the show. We’re just gonna have a long soundcheck rehearsal tomorrow because every other time we played there it’s been really good. This will be the first time I play there mostly my own music, because I think the last time I played at the New Morning I don’t think I had made my last solo album called “Stones thrown” so I don’t think I would have played anything other than blues songs or cover versions. So that should be interesting. My main concern is waking up tomorrow with a lot of energy  and making sure the band have a lot of energy and don’t get too carried away with the eating and drinking, the wonderful nightlife in Paris and don’t get distracted. I’m only half joking. It’s hard work for me because I have to do most of the singing and sometimes we can end up doing one hour and forty-five minutes or two hours of show and if you don’t every night – and we don’t do it every night – your voice starts to go off after maybe three or four songs although my voice hasn’t gone today so this is probably good practice.

I heard you were coming back to France in October for about twenty concerts. So how do you feel about performing again and coming back to France?

I love playing in France. We played in Germany this year and then we went over to Japan and then I heard that they were setting up shows in France and we began to set up shows. That’s great but I’m just wondering when I’m gonna get the time to make a new record. So maybe we’ll have to change a few of these plans, especially after not making a record for so long.

So do you prefer working in a studio rather than making concerts?

No, I think if things are organized properly, you should do both, you should go on the road then go at the studio, write some songs and sing those new songs, see how they’re received and then you can figure out what works and what doesn’t work and then perhaps go back into the studio and try them differently. All of these things seem simple to me but everybody has their own different agenda for doing things. Publicists want you to do interviews and managers want you to do interviews and do shows. Sometimes I wish I was still in the Rolling Stones just simply because I know I could take three or four months off and just do what I want to do and make a record. That’s the only reason.

Well, now, about the Rolling Stones… how did you feel inside the band?

I felt very much inside the band and part of the band! It’s funny because we’re talking about a period that actually only lasted for five or six years [from 1969 to the end of 1974] but that was when most of their greatest albums were made. That’s probably because we were all young and all enthusiastic and had a lot of energy and were very creative. But the fact is I was a part of that. That’s indisputable, I was part of that. They taught me a lot about life, they taught me a lot about how to do things properly, how not to do things properly. It was a very very close friendship. Unfortunately, when I left, it left a lot of bad feeling because they were not happy when I left, they were not happy at all. I mean, they didn’t show it to me personally, they still spoke to me. They gave some interviews afterwards which were very nice. I’ve always tried to maintain a friendship with them because they had a big influence on my career. People used to say to me after my shows when I was signing all these Stones albums “the Rolling Stones have ever been the same since you left the band, those records were the best” and I say “yeah, well I’ve never been the same since I left them either”

So why did you leave?

It’s part of growing up you know. We were all growing up in different ways. I got married for the first time and had a young daughter. I found the pressure of creating a stable environment for myself, my daughter and my wife and being part of the Rolling Stones too great for me at the time. I probably should have got some help but it was a dumb thing in those days to say “I can’t cope with this, I need some help”. It wasn’t considered to be the manly thing to do.

All the rest had their problems but they didn’t leave. They came close to leave, like Bill Wyman [the band’s bassist from 1962 to 1993] around the same time I did. But he held on. We often talked about the way we both used to feel during that time and he loved the beginning when I first joined the band but the last two years 1973/1974/1975, he fell very hard. He can tell you why. There were just a lot of negative influences in and around the Rolling Stones. I don’t mean the Rolling Stones themselves, I mean the hangers on, the people that used to tell them how wonderful they sounded even when they didn’t, that type of thing you know. People that were using them.

When you were in the Rolling Stones, you weren’t credited any songs except Ventilator Blues.

Well I did get credit for Ventilator Blues which was a wonderful surprise because I can’t remember having much influence on that at all. And yet other songs I distinctly remember that I should have got credit for like Sway, possibly Time Waits For No One. Though I’m not sure… one has to ask oneself should you get songwriting credit just because you played a wonderful wonderful solo and you’ll probably never, ever be able to do anything as good again in your life. I mean I was in the band at the time. But I’ll tell you what really, really made me angry, it was that Mick told me I would get credit. So when you say “you worked really hard, I’m gonna give you credit for this” and then you don’t, that does hurt, that makes you angry, it’s best not to say anything at all. That’s really the end of that, I don’t wanna say anything negative you know.

So you really did help on some songs?

Yeah. I helped them a lot. I was a Rolling Stone twenty-four hours the day, twenty-four hours the night. Forty-eight hours a day.

After you left, several times there were rumors about your come-back in the Rolling Stones, especially because Keith Richards himself wanted you back. So why didn’t it happen?

I never heard that. I did know that when Keith Richards had these problems in Toronto [arrested for possessing heroin in 1977], Mick called me in London and said “Could you help us out?”. I said “what do you mean help you out?”. He said “I think we’re gonna have to do this tour without Keith” and I said “that’s ridiculous, you can’t do a tour without Keith. That’s not the Rolling Stones”. He said “I might have to because that’s part of the contract”. I said “Mick, I know how things work with the Stones and I’m sure a solution will be found. But if you can’t find, yeah I’ll do it”. I’ve never told anybody else that story.

Even though you left the band in 1974, a lot of people, including Keith Richards, still consider you the best guitarist of the band. So how do you feel about it?

I’m actually a much better guitar player than people think I am because I haven’t done that much work outside the Rolling Stones that’s very well-known. Most of the stuffs I’ve ever done is associated with the Stones but in fact I’ve recorded a lot of music that hasn’t been released. One day maybe I’ll be judged on that as well, my own solo work and the stuffs I’ve done with the Stones. I’m sure most Stones fans will prefer the stuffs I’ve done with the Stones but that’s only natural. I actually think one of my finest guitar solos is Time Waits For No One with Mick and Keith on “It’s Only Rock’n’roll”.

In the news, how did you react to the death of Michael Jackson?

Oh I haven’t thought about anything else for about a week. I thought “wait a minute he’s been famous since he was five” I know what it is to be famous when I was twenty-one, as part of a band and only as a guitar player, not as somebody with the singing ability and performing and dancing and acting ability he had. So you know nothing will ever surprise me about Michael Jackson but I think it’s very bad for people to start speculating upon how he died. Cos let’s face it, after the life he’s had, he could have just had a normal heart attack. People have heart attacks. He’s given his whole life to music. I mean, there’s always some other explanation people are looking for. Maybe the simplest explanation is often the correct one. I do think he genuinely wanted to do his tour. I know he was smart and he probably must have thought some nights “I don’ know if I’m really gonna be up for this”. He hadn’t toured for ten years. I mean I’m nervous only because I’m gonna play tomorrow!

Last question. What advice would you give to a young musician?

I’ll just try and tell them to just concentrate on the music and if they ever become famous: don’t move to Hollywood too soon.

Exclusive interview for Shotactu.com

J’ai une surprise pour vous les mecs. L’interview exclusive d’un Rolling Stone. Deux secondes, que je vous raconte l’histoire.

J’écrivais auparavant pour un site Internet avec lequel j’ai eu la chance d’interviewer Mick Taylor, qui a été le guitariste des Rolling Stones de 1969 à 1974 (!!). N’importe quel peckno qui a un minimum de goût vous confirmera que cette période n’était pas trop dégueu. Et les fans des Rolling Stones ont l’air de considérer Mick Taylor comme l’un des meilleurs guitaristes que le groupe ait jamais eu. Malheureusement, ce site a fermé peu de temps après que j’ai fait l’interview. La loose. Je n’ai donc jamais pu la publier. J’écris maintenant pour un autre site Internet, qui s’appelle Sound Of Violence, spécialisé dans le rock britannique, soit à peu près tout ce que j’aime donc ça s’est plutôt bien goupillé au final.

L’interview date du 1er juillet 2009 donc si vous êtes du genre retro/vintage/friperie c’est la fête. Voilà une traduction en français. J’ai fait ce que je peux hein. Je ne suis pas encore traductrice professionnelle. Mis à part le passage d’une langue à l’autre, j’ai rien photoshoppé. De rien, de rien. Bon soyez indulgents, c’était ma toute première interview. J’étais jeune et innocente. Quoi que je ne me suis pas forcément améliorée des masses.  Vous remarquerez que j’avais vraiment vraiment envie de poser une question à propos de Bob Dylan. Entendre des anecdotes sur Mick Taylor et Bob Dylan qui vont faire du shopping, j’ai trouvé ça assez irréel quand même.

 

Comment ça va?

Je commence à avoir la langue et le cerveau qui fatiguent. Je ne sais pas trop quoi dire. Je suis très heureux. Mais un peu fatigué. Ça a été un long voyage. On est arrivés trop tôt pour récupérer nos chambres donc on a dû attendre, assis, pendant trois heures. Puis j’ai pris une douche très rapidement mais il a fait tellement chaud aujourd’hui. On se croirait à Mumbaï. J’ai l’impression d’être un slumdog millionnaire version guitariste. Non sérieusement, tout ce dont je me souviens avoir fait depuis que je suis arrivé, c’est prendre une douche et parler, parler, parler de moi et de ma carrière. Mais c’est quand même bien parce que parfois les gens te rappellent des choses que tu avais oubliées ou que tu croyais avoir oubliées. C’est toujours intéressant.

Je vais moi aussi vous faire parler de votre carrière! Vous avez travaillé avec beaucoup d’artistes géniaux, y compris Bob Dylan !

Ouais, c’était un des plus grands ! Probablement, le plus grand artiste, à la fois chanteur, compositeur et poète, avec qui j’ai travaillé.

Alors avec qui avez-vous préféré travailler ?

C’est une question difficile, même si je dirais que travailler avec lui a été l’un des plus grands moments de ma carrière à bien des égards, parce que j’aimais déjà et connaissais déjà sa musique depuis que j’avais environ treize ans. Mais je n’ai jamais été surpris de recevoir un appel de qui que ce soit me demandant de jouer pour lui. Mais quand c’est lui qui m’a appelé et qu’il m’a invité à venir à New York pour faire un album appelé « Infidels » en 1983, j’ai trouvé ça merveilleux. Je me suis dit « C’est un rêve qui devient réalité. C’est quelqu’un que j’idolâtre et qui a été une inspiration pour moi et tant de personnes, et maintenant il me demande de jouer de la guitare sur son disque ». Mais nous sommes tout de suite devenus amis. On avait l’habitude de traîner dans les boutiques à New York. On allait chercher des guitares. On allait dans des musées. Je me souviens d’une fois où on était au Whitney Museum of Modern Art à New York et il y avait toutes ces guitares là-bas. C’était très contemporain. Il y avait une sculpture d’une guitare et il m’a dit « Hey regarde cette guitare. C’est la guitare la plus chère du monde et tu ne peux même pas en jouer ». Il avait ce genre de sens de l’humour, tu vois. C’était génial parce qu’il m’emmenait au Village où il a grandi [Greenwich Village] et il me disait « tu vois ce sous-sol là-bas, c’est là que j’ai écrit A Hard Rain’s A-Gonna Fall [en 1962] » Il me montrait toutes ces petites choses, tu vois. Puis on parlait de musiciens qu’on connaissait tous les deux, du temps où je jouais avec John Mayall en 1966-1967 [dans le groupe The Bluesbreakers]. Des musiciens comme Al Kooper, Mike Bloomfield, un de ses premiers guitaristes blues. Sans le savoir, on avait en fait plein d’amis en commun.

A propos de vos concerts, maintenant. Vous jouez au New Morning demain. C’est un club de jazz assez connu. Vous avez déjà joué là-bas. Alors, comme le sentez-vous ? Vous aimez cette salle ?

Je l’adore ! J’aurais seulement aimé qu’on ait pu faire quelques répétitions avant le concert. On va seulement faire un long soundcheck demain parce que toutes les fois où on a joué ici, c’était vraiment bien. Là, ce sera la première fois que j’y jouerai essentiellement ma propre musique ; parce que la dernière fois que j’ai joué au New Morning, je ne crois pas que j’avais sorti mon dernier album solo appelé « A Stone’s Thrown » donc je n’avais joué que des chansons de blues ou des reprises. Donc ça devrait être intéressant. Ce qui me préoccupe le plus, c’est de me lever demain avec plein d’énergie et de m’assurer que le groupe est plein d’énergie et qu’on ne se laisse pas laisser distraire par la vie nocturne parisienne qui est extraordinaire. Je ne plaisante qu’à moitié. C’est beaucoup de travail pour moi parce que j’assure la plupart du chant et parfois on peut finir par jouer pendant une heure quarante-cinq ou deux heures. Si tu ne fais pas ça tous les soirs –et on ne fait pas ça tous les soirs– ta voix commence à te lâcher après trois ou quatre chansons. Mais ma voix ne m’a pas lâché aujourd’hui donc c’est sûrement un bon entraînement.

On m’a dit que vous reveniez en France en octobre pour près de vingt concerts. Alors qu’est-ce que ça vous fait de retourner sur scène et de revenir en France ?

J’adore jouer en France. On a joué en Allemagne cette année puis on est allés au Japon et là j’ai entendu qu’on préparait des concerts en France alors on a commencé à prévoir des concerts. C’est génial mais je me demande quand est-ce que je vais trouver le temps de faire un disque. Alors peut-être qu’il va falloir changer certains de ces projets, surtout que je n’ai pas sorti de disque depuis longtemps.

Est-ce que vous préférez travailler en studio plutôt que faire des concerts ?

Non, je pense que si les choses sont bien organisées, on devrait faire les deux, on devrait aller en tournée puis au studio, écrire quelques chansons et ensuite les jouer pour voir comment elles sont reçues. On peut voir ce qui marche et ce qui ne marche pas et puis peut-être retourner en studio et essayer de les modifier.  Tout ça me paraît simple mais chacun a son propre agenda. Les publicitaires veulent que tu fasses des interviews, les managers veulent que tu fasses des interviews et que tu fasses des concerts. Parfois j’aimerais être encore dans les Rolling Stones simplement parce que je pourrais prendre trois ou quatre mois pour faire ce que je veux et enregistrer un album. C’est la seule raison.

A propos des Rolling Stones justement… comment vous sentiez-vous dans le groupe ?

Je me sentais vraiment partie intégrante du groupe ! C’est marrant parce qu’on parle d’une période qui n’a duré que cinq ou six ans [de 1969 à fin 1974] mais c’est là qu’ils ont sorti la plupart de leurs meilleurs albums. C’est probablement parce qu’on était tous jeunes, enthousiastes, plein d’énergie et créatifs. C’est indiscutable, je faisais partie de ça. Ils m’ont appris beaucoup sur la vie, ils m’ont appris comment faire les choses correctement, comment ne pas faire les choses correctement. C’était une amitié très proche. Malheureusement, quand je suis parti, ça a laissé beaucoup de ressentiment parce qu’ils n’étaient pas contents, ils n’étaient pas contents du tout. Je veux dire, ils ne me l’ont pas montré personnellement, ils continuaient à me parler. Ils ont donnés des interviews après qui étaient très sympas. J’ai toujours essayé de maintenir une amitié entre nous parce qu’ils ont eu une grande influence sur ma carrière. Les gens me disent après les concerts quand je leur signe des albums du groupe « les Rolling Stones n’ont jamais été les mêmes depuis que tu es parti, ces albums étaient les meilleurs » et moi je n’ai jamais été le même depuis non plus !

Alors pourquoi êtes-vous parti ?

C’est parce que j’ai évolué, tu vois. On a tous évolué chacun à notre façon. Je me suis marié pour la première fois et j’ai eu une petite fille. C’était trop dur de créer un environnement stable pour moi, ma fille et ma femme tout en faisant partie des Stones. J’aurais sûrement dû demander de l’aide mais c’était un truc bête à faire à cette époque. Ce n’était pas considéré comme un truc assez viril. Tous les autres ont eu leurs problèmes mais ils ne sont pas partis, même s’ils ont failli. En particulier Bill Wyman [bassiste du groupe de 1962 à 1993] au moment où moi je suis parti. Mais il s’est accroché. On parlait souvent de ce qu’on ressentait tous les deux à cette période. Il adorait le début, quand j’ai intégré le groupe mais les deux dernières années, 1973-74-75, lui ont paru très difficiles. C’est juste qu’il y avait trop d’influences négatives à l’intérieur et autour des Rolling Stones. Je ne veux pas dire les Rolling Stones eux-mêmes, mais ceux qui leur tournent autour, qui leur disent combien leur musique est fantastique même quand ce n’est pas le cas, ce genre de choses. Les gens qui se servaient d’eux.

Quand vous étiez dans les Rolling Stones, vous n’êtes apparu dans la composition d’aucune chanson, exceptée Ventilator Blues.

Apparaître comme co-auteur de Ventilator Blues a été une merveilleuse surprise parce que je ne me souviens pas du tout avoir eu beaucoup d’influence sur cette chanson. Et pourtant je me souviens très clairement d’autres chansons auxquelles j’ai beaucoup contribué comme Sway, peut-être Time Waits For No One. Même si je ne suis pas sûr… on peut se demander si on doit être cité comme co-auteur d’une chanson dès qu’on joue un merveilleux solo et qu’on ne pourra sûrement plus jamais jouer quelque chose d’aussi bon dans sa vie. Mais je vais te dire ce qui me mettait vraiment, vraiment en colère, c’est quand Mick [Jagger] me disait qu’il allait m’attribuer la composition d’une chanson. Quand tu dis à quelqu’un « t’as travaillé très dur, je vais te récompenser pour ça » et qu’ensuite tu ne le fais pas, ça fait vraiment mal, ça te met en colère. Il vaut mieux ne rien dire. Mais je m’arrête là, je n’ai vraiment pas envie de dire quoi que ce soit de négatif, tu vois.

Donc, vous avez vraiment aidé sur certaines chansons ?

Ouais. Je les ai beaucoup aidés. J’étais un Rolling Stones 24 heures la journée, 24 heures la nuit. 48 heures par jour.

Après votre départ, plusieurs rumeurs ont annoncé votre retour au sein des Rolling Stones, d’autant que Keith Richards lui-même souhaitait votre retour. Alors pourquoi ça ne s’est pas fait ?

Je n’ai jamais entendu ça. Je sais par contre que quand Keith Richards a eu ces problèmes à Toronto [arrêté pour détention d’héroïne en 1977], Mick m’a appelé à Londres et m’a demandé « Est-ce que tu peux nous aider ? ». Je lui ai répondu « Comment ça, vous aider ? ». Il m’a dit « Je crois qu’on va devoir faire cette tournée sans Keith » et je lui ai répondu « C’est ridicule, vous ne pouvez pas faire une tournée sans Keith ! Ça serait plus les Rolling Stones». Il m’a expliqué qu’il n’avait pas le choix parce que ça faisait partie du contrat. Je lui ai dit « Mick, je sais comment ça marche avec les Stones. Je suis sûr que vous allez trouver une solution. Mais si vous n’y arrivez pas, alors ouais je le ferai ». Je n’ai jamais raconté cette histoire à personne.

Maintenant, même si vous avez quitté le groupe depuis 1974, beaucoup de gens, y compris Keith Richards, vous considèrent encore comme le meilleur guitariste des Stones.

Je suis en fait un bien meilleur guitariste que ce que pensent les gens parce que je n’ai pas fait beaucoup de travail en dehors des Rolling Stones qui soit très connu. Un jour peut-être je serais jugé sur ça également, sur mon propre travail en solo et sur les trucs que j’ai fait avec les Stones. Je suis sûr que la plupart des fans des Stones préféreront ce que j’ai fait avec eux, mais c’est normal. Je pense d’ailleurs qu’un de mes meilleurs solos est celui de Time Waits For No One avec Mick et Keith sur « It’s Only Rock’n’roll ».

Dans l’actualité maintenant, comment avez-vous réagi à la nouvelle de la mort de Michael Jackson ?

Oh je n’ai pensé à rien d’autre depuis une semaine. Je me dis « attends, il est célèbre depuis qu’il a cinq ans ! ». Je sais ce que c’est que d’être connu, quand j’avais vingt-et-un ans, en étant que membre d’un groupe et simplement en tant que guitariste, pas comme lui qui avaient pleins de talents, pour chanter, pour danser, pour la scène et pour jouer. Tu vois, rien ne pourra me surprendre au sujet de Michael Jackson mais je pense que c’est vraiment mal de spéculer sur les raisons de sa mort. Faut voir les choses en face, après la vie qu’il a eue, il a tout à fait pu avoir une crise cardiaque normale. Les gens font des crises cardiaques. Il a dévoué sa vie à la musique. Je veux dire, il y a toujours une autre explication que les gens vont chercher alors que la plus simple est peut-être souvent la bonne. Et je pense qu’il voulait véritablement faire cette nouvelle tournée. Je sais qu’il était intelligent, il s’est probablement sûrement dit certaines nuits « je ne sais pas si je serais prêt pour ça demain ». Je veux dire, moi je suis stressé simplement parce que je dois jouer demain !

Pour finir, quel conseil donneriez-vous à de jeunes musiciens?

J’essaierais juste de leur dire de se concentrer uniquement sur la musique et si jamais ils deviennent célèbres : ne vous installez pas trop tôt à Hollywood.

Interview exclusive réalisée pour Shotactu.com

Advertisements

7 thoughts on “Like a rolling stone (Interview of Mick Taylor)

  1. Tu nous avais caché ça!! Bah dis donc, bravo. En plus cette période est sans conteste la meilleure des Stones!!! (Exile on main street, Sticky Fingers). Et j’adore aussi Infidels du grand Bob!! Franchement maintenant t’as de quoi te le pèter pour le reste de tes jours. T’es une ouf!

    • Merci! Je savais que les Rolling Stones et Bob Dylan, ça te plairait! Et effectivement, c’était pas la période creuse. Bah tu vois, je ne me la suis pas trop pété juste là puisque vous n’étiez même pas au courant

  2. Simple, original et attachant cet article, en plus Rolling Stone quoi!!!! j’ attends impatiemment plein plein d’articles comme celui-là! Sa mérite effectivement de jeter un ptit(voire gros) coup d’oeil. =) bonne continuation ❤

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s